LA THÉRAPIE FAMILIALE

Le courant de thérapies familiales systémiques est né dans les années 60 aux Etats Unis. Il s’agit de prendre en compte le fait que les individus qui demandent de l’aide ne sont pas isolés, mais au contraire toujours inscrits dans un réseau relationnel (en premier lieu la famille), et que l’ensemble des liens qui se développent dans ce cadre contribuent à comprendre et à résoudre les problèmes. La pratique tient compte de quelques éléments de base :

> Les comportements symptomatiques sont la meilleure solution que le système a trouvé pour maintenir son équilibre. Cela se fait parfois au détriment de la personne porteuse du symptôme qui par sa souffrance permet au système de garder un équilibre.
> Le mode de relation que les personnes d’un même système ont mis en place est en général ce qui contribue à maintenir le problème.
> Pendant le travail commun, le thérapeute n’apporte pas de recette miracle, mais s’attache à chercher, et à rendre visibles pour tous, les ressources personnelles et familiales que les individus vont pouvoir mettre en œuvre.
  
Mise en pratique
Il est souvent intéressant de recevoir ensemble les membres de la famille. Chacun participe ainsi à ce travail de transformation commune, et peut remarquer les habitudes qui maintiennent les difficultés. C’est ce nouveau regard qui permet de rompre les jeux relationnels répétitifs. Pour cela, on peut avoir recours à différents outils, en plus de l’échange verbal : sculptures, outils métaphoriques, travail corporel, objets flottants , sont autant de catalyseurs du changement.
Mais il est possible aussi de travailler en individuel avec ce même regard systémique, et lorsque l’un change dans une famille, ou dans une relation, tous sont affectés et amenés à changer également. On peut encore recevoir des « sous-systèmes », comme par exemple une fratrie, avec laquelle on peut effectuer un travail spécifique.